Dans le débat sur l’agriculture du futur, les fronts se sont durcis. De nombreux agriculteurs se sentent incompris et tenus pour responsables à tort d’un certain nombre de problèmes environnementaux. Ils ne sont pas appréciés à leur juste valeur pour leur travail qui leur permet de vivre. Mais pour pouvoir en vivre, ils doivent déjà être si productifs que les animaux, le sol, les plantes, surtout, les hommes et l’environnement sont mis à rude épreuve. Si des exigences plus strictes sont ajoutées, comme celles relatives aux ordonnances sur les engrais et à la protection contre les insectes, comme le prévoit désormais le paquet de mesures du gouvernement allemand sur l’agriculture et la protection du climat, le modèle commercial se trouvera en difficulté. Les rendements diminueront, les coûts augmenteront. D’autre part, la société et les hommes politiques expriment un besoin légitime de préserver un environnement naturel sain et de protéger le climat à long terme. Dans une telle situation, comment les antagonismes chargés d’émotion peuvent-ils être résolus ou communiqués à nouveau ? De nouvelles impulsions sont nécessaires dans ce domaine.

Les futures thèses comme base du dialogue sur l’agriculture climatiquement responsable

La recherche de nouvelles solutions pour une agriculture qui protège le climat, produit des aliments de qualité et permet à ceux qui travaillent ici de gagner un bon revenu à l’avenir est en cours. Dans un processus de recherche antérieur, on a évalué des données et des statistiques, analysé les conditions cadres politiques, sociales et économiques et préparé des prévisions de développement. Sur la base de ces questions et de l’analyse des tendances, des thèses sur l’avenir de l’agriculture ont été élaborées. Ils servent de base aux formats de dialogue suivants des personnes impliquées dans le processus.

Travailler ensemble pour l’agriculture du futur, optimisée pour la protection du climat

L’art de vivre l’avenir comme un espace de nouvelles options est la clé du succès des processus d’idéation. Comme on le sait, l’avenir, vu d’aujourd’hui, n’existe qu’au pluriel : les futurs. Mais comment transformer l’imprévisibilité fondamentale en une puissante impulsion pour l’innovation ? Il s’agit essentiellement de tirer les conséquences futures des thèses à venir et de les évaluer sous différents angles.

Le 22 août 2019, vingt participants issus des domaines de l’agriculture, de l’environnement et de la protection de la nature, des associations, du commerce, de la politique et des affaires, des start-up et de la technologie travailleront ensemble sur l’agriculture de demain au « Center for Responsible Research and Innovation » de Berlin au Fraunhofer IAO. Ici, des positions opposées se rencontreront, comme l’agriculture conventionnelle et biologique ou des acteurs du commerce et des représentants de diverses associations d’agriculteurs. Dans un processus de co-création et de conception, ils développent de nouvelles pratiques, formes d’organisation et modèles commerciaux, qu’ils se présentent finalement les uns aux autres. Les solutions proposées vont des solutions technologiques ou économiques aux propositions sociales ou élémentaires de l’agriculture.

Les scénarios pour les entreprises de production agricole développés par les participants seront regroupés par l’équipe CeRRI du cluster et analysés au regard des besoins de base de l’agriculture en 2030. Dans un processus de transformation textuelle et créative, elles sont condensées en trois fermes modèles idéales-typiques. En conséquence, trois scénarios d’avenir concrets sont enfin disponibles :

Quel est l’avenir de ces images ? Et lequel d’entre eux peut devenir réalité ? En tant qu’image de l’avenir technologique, social et axé sur les processus, ils couvrent différents domaines dans lesquels des développements décisifs peuvent être attendus dans les années à venir. Elles ne s’excluent pas mutuellement, mais continuent à orienter les différentes voies de développement que l’on peut actuellement observer. Dans les différentes solutions, une distinction est faite entre les pratiques qui réduisent les gaz à effet de serre (par exemple, grâce à des distances de transport plus courtes), les évitent (grâce à l’utilisation de nouvelles technologies) ou les lient dans le sol (grâce à des pratiques culturales innovantes). L’horizon temporel des scénarios futurs est l’année 2030.

La meilleure solution est une combinaison de différents éléments

Il s’avère qu’il existe de nombreuses approches prometteuses pour une agriculture respectueuse du climat, et ce à différents niveaux. Toutefois, les possibilités les plus prometteuses résident dans la combinaison de différentes solutions. Les pratiques culturales concrètes doivent être associées à de nouvelles possibilités technologiques, par exemple, les cultures mixtes peuvent être créées, entretenues et récoltées de manière excellente par de petits robots intelligents contrôlés par des algorithmes. De nouvelles coopérations entre les exploitations agricoles et d’élevage permettent d’utiliser des nutriments qui sont actuellement perdus sans être utilisés. Des concepts commerciaux novateurs peuvent en fin de compte conduire à une nouvelle appréciation du travail agricole. L’approche multi-perspective a le potentiel de briser la juxtaposition rigide des méthodes d’agriculture biologique et conventionnelle.

Vivre l’avenir comme quelque chose qui peut être façonné parce que la protection du climat concerne tout le monde

Les garants essentiels d’un processus d’idéation réussi sont l’appréciation, une atmosphère créative et des formes de présentation cohérentes, dans lesquelles les résultats deviennent évidents et compréhensibles. Ce sont les facteurs qui déterminent si les différentes perspectives de ceux qui sont dans la pièce peuvent être absorbées, en fin de compte, si l’avenir est vécu comme étant modelable. Cela deviendra évident lorsque les visions de l’avenir seront présentées au public le 17 octobre lors de la « Soirée berlinoise » du « Forum Moderne Landwirtschaft » et de la « Semaine verte ».

Outre les résultats individuels, la procédure décrite doit être comprise comme un modèle de la manière dont des solutions peuvent être recherchées à l’avenir dans tous les secteurs, de manière conjointe et axée sur les opportunités. Car cet aperçu est tout à fait certain, la valeur ajoutée des « images futures d’une agriculture respectueuse du climat » réside dans l’ouverture d’un débat au-delà des frontières disciplinaires et sociales sur la question : « Quel type d’agriculture du futur voulons-nous ? Il ne s’agit de rien de moins qu’une question d’avenir pour les gens. Pas seulement en Allemagne et en Europe, mais dans le monde entier, seule la société dans son ensemble peut y répondre.