L’environnement a été affecté par l’évolution technologique de l’humanité, historiquement nous pouvons identifier comment chaque boom industriel ou technologique laisse une vague de conséquences sur notre planète. Avec la croissance des industries et l’automatisation des processus, des gaz ont commencé à être rejetés dans l’air et des déchets ont été déversés dans les rivières et les océans. L’industrie de la construction et l’urbanisme ont participés de façon effective à la dégradation de l’environnement. En effet, la demande de projets mixtes de grandes dimensions et la nécessité de réduire les délais d’exécution ayant augmenté, les outils, les machines, les processus et les matériaux permettant de les réaliser ont évolué. Cela s’est produit sans contrôle ni considération pour les écosystèmes, car il n’y avait pas d’organismes environnementaux ni de mécanismes de régulation. C’est jusqu’aux années 70 que la conscience environnementale a commencé à s’éveiller dans toutes les industries. Bien que la seule façon de modifier l’impact de la construction soit de modifier les processus ou les critères, nous présentons ci-dessous les points les plus pertinents pour réduire l’impact sur l’environnement.

Construction des villes : les origines de la pollution sur l’environnement

Les matériaux sont une partie essentielle de la construction, sans eux aucun travail ne pourrait être effectué. C’est précisément pour cette raison que cela peut être un facteur clé pour inverser la pollution. Pour produire les matériaux de construction dont le marché a besoin, on a commencé à exploiter davantage les ressources naturelles, tout cela pour répondre à la demande. En ce qui concerne les questions énergétiques, la construction utilise à la fois de grandes quantités d’électricité et de combustibles fossiles, libérant de grandes quantités de CO2 dans l’environnement, le même gaz responsable de l’effet de serre. Un véritable danger pour la biodiversité.

 Les matériaux de construction conventionnels ont un pourcentage extrêmement faible de possibilités de réutilisation ou de recyclage, c’est pourquoi les déchets générés par la construction sont comptés en très grand nombre. Outre le fait que la grande majorité des travaux de bâtiments public nécessitent de grandes quantités d’énergie et de ressources pour être produits, les matériaux de construction durables peuvent constituer une alternative.

L’eau est également l’une des ressources les plus touchées par l’industrie de la construction. Même aujourd’hui, il est devenu courant que les grandes industries finissent par jeter une partie de leurs déchets dans le cours d’eau le plus proche, qu’il s’agisse d’un lac, d’une rivière ou d’un océan. Cette pratique aura des conséquences graves sur la biodiversité. Une autre des raisons de sa pollution réside dans la quantité d’eau nécessaire pour effectuer les travaux, puisque de nombreux litres sont nécessaires pour réaliser la construction et assurer le fonctionnement d’un bâtiment dans les villes.

 

Les solutions pour réduire les effets de la construction des villes sur l’environnement

 L’aménagement urbain est une activité qui a le plus grand impact sur l’environnement. La production de déchets et de gaz polluants est l’un des principaux facteurs. La première étape pour inverser ces facteurs qui détériorent notre planète, est précisément d’identifier que la construction pollue. La construction de parc, jardin ne réduisent pas de façon efficace la pollution lié à l’aménagement du territoire.

Le lieu où les travaux sont effectués et les tâches requises pendant le processus de construction vont générer une érosion du sol environnant, il est donc nécessaire de définir des zones pour chaque processus : transit, stockage, coulage, traitement des déchets. Où, une fois le processus terminé, chaque surface recevra le traitement de réhabilitation approprié. Quant à l’impact sur la biodiversité en France, Il est logique de penser que si un bâtiment est construit, c’est parce qu’il a une vocation établie, que plus de personnes y vivent, ceci va dépendre de son utilisation comme un entrepôt, comme une entreprise, un bureau ou même un logement social. Cependant chacune de ces fonctions implique un degré de contamination, car un plus grand nombre de personnes dans les villes, indique un plus grand nombre de déchets, une plus grande quantité de ressources, de besoins. Le plan local d’urbanisme doit prendre en compte ces différents facteurs.

 La protection de l’environnement passe par l’adoption d’une politique de transition énergétique. L’avènement des projets d’éco quartier comme à Nîmes sont une solution durable. Ainsi, Si vous construisez un bâtiment en milieu urbain, vous devez tenir compte de la manière dont il affecte tous les éléments qui l’entourent. Si cela permet d’enlever la lumière d’autres travaux, ou si les matériaux que nous utilisons doivent provenir de la zone locale, ceci avec la volonté de ne pas générer de contamination avec le transport des matériaux.