Le Botswana, le pays qui compte le plus d’éléphants au monde, a levé hier l’interdiction de chasser le plus grand mammifère vivant en voie de disparition sur terre. Le gouvernement du pays africain prétend faire face à une urgence causée par le nombre élevé d’animaux sauvages qui envahiraient les espaces destinés à l’agriculture et se dit prêt à faire en sorte que « la restauration de la chasse se fasse de manière ordonnée et éthique », conformément avec la loi et en accord avec le ministère de l’environnement, de la conservation des ressources naturelles et du tourisme. Pour leenvironnementalistes Le Botswana est l’un des derniers refuges pour les éléphants d’Afrique. Les opposants politiques accusent également le président Masisi de vouloir capter les voix des populations rurales et, ce faisant, de nuire au tourisme, qui vaut un cinquième de l’économie. Au lieu de cela, la Botswana Wildlife Producers Association , qui organise des safaris, approuve la décision . Dans le pays, le nombre d’éléphants a presque triplé de 1991 à 160 000 aujourd’hui, aggravant le conflit entre les agriculteurs et les animaux, qui détruisent parfois les récoltes et tuent les villageois.

IL Y A CENT ANS LES ELPHANTS ÉTAIENT 12 MILLIONS, MAINTENANT 400 MILLIERS

Mais en Afrique gles éléphants continuent de décliner, victimes d’un braconnage continu qui menace leur survie à long terme. Il y a un siècle, il y en avait 12 millions, aujourd’hui réduits à environ 400 000 spécimens. Chassés pour leurs défenses en ivoire, les éléphants d’Afrique sont soumis au braconnage sauvage malgré le fait que le commerce international de l’ivoire de leurs défenses est interdit et strictement réglementé depuis 1989. Le braconnage et la perte d’habitat sont les causes du risque d’extinction de l’espèce. L’ONU a sonné l’alarme sur la base des recherches menées par l’Organe qui s’occupe du commerce international des espèces de flore et de faune menacées d’extinction (CITES). Le risque d’extinction de cet animal, docile et doux, est élevé car le pourcentage de personnes tuées, disent les experts,

MAIS CERTAINS PAYS VEULENT TOUJOURS LE COMMERCE DE L’IVOIRE

«Le massacre illégal d’éléphants en Afrique causé par la chasse à l’ivoire constitue une menace pour l’espèce», a déclaré le secrétaire général de la Cite Ivonne Higuero, soulignant que «la population humaine en Afrique a décuplé, jusqu’à 1 225 millions, et cela conduit les éléphants à lutter avec les humains pour l’espace, qui devient de plus en plus rare ». Les efforts de protection sont également entravés par la volonté de certains pays d’Afrique australe, comme la Namibie et le Zimbabwe, de faciliter davantage le commerce de l’ivoire. Les deux pays (ainsi que certains pays européens et asiatiques où le marché de l’ivoire est toujours présent) souhaiteraient moins de restrictions sur le commerce des éléphants. Avec ses 7 tonnes de poids, l’éléphant, s’il n’est pas provoqué, a un tempérament doux, avec un fort sentiment de protection non seulement pour les chiots mais aussi envers les membres de la meute. Non seulement les braconniers les chassent: en Namibie, un trophée d’éléphant, selon la liste de prix – légale – de l’une des organisations de safari les plus célèbres, vaut 41 mille dollars.