Les données sur la pollution des mers sont choquantes, mais le monde se mobilise : Les solutions possibles pour revitaliser les mers et les libérer du plastique se multiplient.

Le plastique est l’un des polluants environnementaux les plus répandus aujourd’hui.

La mer en particulier connaît une situation assez critique : Le phénomène des îles en plastique dans le Pacifique (Pacific trash vortex) en est le témoignage le plus évident.

L’idée répandue que le plastique est un matériau sans valeur incite les gens à l’utiliser une fois, puis à le jeter.

Renverser ce paradigme peut vous aider à considérer le plastique comme un atout à réutiliser de mille façons créatives et non comme un simple déchet, contribuant ainsi à la sauvegarde de l’environnement.

L’invasion du plastique vous oblige à agir rapidement pour réduire son impact.

En fait, selon le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, si vous continuez à ce rythme, en 2050, la quantité de plastique dans l’eau dépassera même celle des poissons.

Le même vice-président souligne également le paradoxe des produits qui sont utilisés pendant cinq minutes et dont l’élimination prend des centaines d’années.

Selon les Nations unies, les tonnes de plastique déversées dans la mer représentent environ 8 millions de tonnes par an, soit près de 22 tonnes par jour, à comparer à une production annuelle, au niveau mondial, de 300 millions.

Pollution des mers : Les projets qui peuvent l’arrêter

Malgré les proportions négatives du phénomène, tout n’est pas perdu.

La question qui se pose alors est la suivante : Comment faire face à cet énorme problème ?

Une réponse vient de l’UE qui, par exemple, a enfin franchi une étape importante en établissant une limite à la production de plastique à partir de 2019 et en interdisant presque totalement la production de microplastiques.

Chacun d’entre vous peut faire beaucoup dans sa vie quotidienne pour éviter l’utilisation du plastique,

Selon le programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), le recyclage est la solution à envisager de la manière la plus décisive car, à ce jour, il n’a pas été mis en œuvre à son plein potentiel.

C’est la voie empruntée par plusieurs organisations et associations, tant au niveau national qu’international.

Par exemple, l’action mondiale de 4Ocean, une organisation qui connaît un grand succès grâce à la vente de bracelets en plastique recyclé qui lui permettent de s’autofinancer pour continuer à lutter contre la pollution.

En Hollande, le projet Plastic Whale récupère les déchets plastiques et construit ensuite de petits bateaux avec lesquels il est possible de pêcher d’autres déchets.

Leur activité est considérée comme la première pêche plastique professionnelle au monde.

Le dernier, mais non le moindre, est le projet Seabin, inventé par Andrew Turton et Pete Ceglinksi, deux jeunes surfeurs australiens qui ont abandonné leur profession pour se consacrer entièrement à la préservation des mers.

Leur système de filtrage de l’eau est basé sur un panier flottant, relié à une pompe à terre, capable d’aspirer une grande quantité quotidienne de déchets.

Cet outil, 100% vert, est utilisé principalement à proximité des ports et est capable de filtrer environ 25000 litres d’eau par heure et de la rendre à la mer une fois purifiée.

Les avantages d’un monde sans plastique

Plusieurs réalités dans le monde s’efforcent déjà de prévenir et de contrecarrer les effets négatifs des rejets de plastique dans l’environnement.

Toutes ces initiatives visent assurément à améliorer la santé de la planète et de ses habitants, qu’il s’agisse d’animaux ou de personnes.

Les avantages qui en résultent sont certainement de première importance :

  • La chaîne alimentaire devient plus sûre (selon une recherche scientifique menée par Greenpeace, en collaboration avec la région des Marches et le CNR de Gênes, un poisson sur quatre contient des microplastiques) ;
  • Moins de plastique signifie moins d’émissions de dioxyde de carbone ;
  • Pour les entreprises, les plastiques recyclés permettent de réduire les coûts de production, de générer des revenus et de promouvoir l’économie circulaire ;
  • La dissuasion de l’exploitation pétrolière réduit le risque de dommages environnementaux, tels que les déversements majeurs, qui se sont produits dans le passé ;
  • Remplacer les plastiques par des alternatives durables est synonyme d’innovation, de compétitivité accrue et d’emploi.

La sensibilisation du public à l’ampleur du problème est essentielle pour atteindre ces objectifs.

Compte tenu également de l’augmentation irrépressible de la population mondiale, il est essentiel de mettre les citoyens en mesure de faire des choix éclairés.

Pour leur propre santé et celle de l’environnement.