Il arrive parfois d’utiliser les termes biologiques et éco-durable de manière incorrecte, en faisant référence aux différentes approches que l’homme a avec la nature et par rapport à l’environnement dans lequel vous vivez. Dans cet article, vous examinez les différences entre ces deux termes.

Eco-durable

Par éco-durable, on entend toutes les activités qui tiennent compte des limites et des faiblesses de l’environnement dans lequel l’homme évolue. Pour cette raison, on étudie des remèdes qui peuvent être insérés dans une logique de durabilité et de respect de notre environnement. Ces remèdes peuvent être appliqués à différents types de domaines tels que : l’agriculture, la construction, le tourisme.

En tout cas, pour étudier les différents projets et remèdes, il est nécessaire de tenir profondément compte des limites environnementales, paysagères, régénératrices et faunistiques de la nature du lieu. C’est pourquoi vous pouvez parler d’agriculture durable, de construction durable et de tourisme durable.

L’agriculture durable tient compte du territoire, de la faune relative, du type de végétation, des critères de durabilité de la production agricole et alimentaire. La construction durable, quant à elle, se concentre sur les nouvelles techniques de construction et les nouveaux matériaux qui ont un impact favorable sur le milieu environnant.

Enfin, le tourisme durable s’attache à tirer le meilleur parti des installations durables. Elle privilégie les activités qui sont également considérées comme respectueuses de l’environnement.

Biologique

Le terme biologique est principalement utilisé pour indiquer un type de production et d’élevage agricole qui permet uniquement l’utilisation de substances naturelles, c’est-à-dire présentes dans la nature, en excluant l’utilisation de substances chimiques de synthèse (telles que les engrais, les herbicides et les insecticides). Le terme « biologique » est souvent utilisé comme synonyme de « plus naturel ou plus sain ».

Malheureusement, en ce qui concerne les aliments biologiques, les entreprises ont très souvent utilisé le terme « biologique » de manière incorrecte et trompeuse pour les producteurs et les détaillants de denrées alimentaires. Ainsi, pour protéger le consommateur, un règlement communautaire a été adopté qui clarifie le terme et exige des contrôles stricts avant d’appliquer le préfixe « biologique » aux produits distribués.

Il faut se référer au règlement (CE) n° 834/2007 du Conseil européen, qui traite de la production et de l’étiquetage des produits biologiques, en levant tous les doutes que vous pourriez avoir à ce sujet.

Afin de protéger le consommateur et d’assurer une concurrence loyale, il convient de protéger les termes utilisés pour désigner les produits biologiques contre leur utilisation sur des produits non biologiques dans toute la Communauté et indépendamment de la langue utilisée. (Article 23)

La législation communautaire devrait promouvoir un concept harmonisé de la production biologique. (Art. 28)

Le règlement exclut également des produits biologiques tout produit OGM. On entend très souvent parler d’une marque biologique pour un produit donné, qui doit de toute façon être affichée comme écrit précédemment (voir le règlement CE).