Les aides spécifiques et les programmes-cadres créent les conditions d’un équilibre naturel et stable dans la nature qui reste. Tout d’abord, la nature doit être dotée de conditions permettant un équilibre naturel et stable à long terme. Il ne faut pas oublier que les forêts et le reste de la nature sont dans un état totalement instable, appauvri pour la plupart par la biodiversité, en raison de la chasse constante et de l’utilisation commerciale des forêts, mais aussi à cause des zones agricoles ou industrielles adjacentes. Une régénération naturelle de la forêt n’est donc souvent pas possible.

Cependant, on trouve difficilement une végétation naturelle vraiment proche de la nature, typique du site et potentielle et devrait donc être judicieusement encouragée par des mesures d’accompagnement. Dans cette présentation très condensée, seuls les aspects les plus importants peuvent être présentés. 

Programmes de lisière des forêts

Ce qui suit s’applique aux forêts chassées. En outre, comme de grandes zones de forêts d’aiguilles pauvres en nutriments ne fournissent pas aux animaux la variété de nourriture nécessaire, ils paissent d’autant plus dans les peuplements restants qui sont proches de la nature. Cet état de fait est décrit comme un « piège écologique » : un lieu de refuge avec une couverture suffisante, initialement attrayant pour les animaux sauvages, n’offre plus les quantités de nourriture qu’une forêt naturelle ou un paysage naturel pourrait fournir et favorise ainsi en même temps les dommages aux jeunes plantes ou parties de plantes accessibles. Il est important de savoir que l’habitat naturel du cerf n’est pas la forêt, mais la lisière de la forêt, les prairies et les champs.

C’est pourquoi un programme d’aide doit être lancé à la lisière de la forêt. À la lisière de la forêt qui ne sera pas chassée à l’avenir, certaines parties des terres arables et des champs resteront initialement non cultivées, c’est-à-dire qu’il y aura une certaine culture mais pas de récolte. Ceci est particulièrement important pendant la période de transition, car la composition des forêts change beaucoup plus lentement que la taille des populations animales. Cette étape ne peut pas être considérée comme une alimentation complémentaire, car l’année suivante, ces zones sont complètement mises de côté et une succession naturelle peut se produire. (Si cette mesure est subventionnée, il devrait être possible d’exclure l’effet des herbicides sur ces zones).

La nécessité d’une aide d’urgence

Les consommateurs de premier ordre (herbivores) bénéficieront d’un apport alimentaire naturel afin d’éviter les compléments alimentaires. Si cela n’est pas possible pour des raisons structurelles (par exemple, des vignobles adjacents), un « espace alternatif » adéquat avec une végétation appropriée est prévu pour les animaux sauvages.

Les animaux sauvages apprennent en peu de temps que la « nouvelle » lisière de forêt et les zones de prairies ouvertes ne présentent plus aucun danger pour eux. Le rajeunissement naturel des forêts et l’augmentation des surfaces forestières pourront avoir lieu après une certaine période de démarrage et auront des effets positifs similaires à ceux du parc national suisse, où la chasse est interdite depuis près de 100 ans.

Ici, deux études de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage, toutes deux réalisées dans le parc national suisse, ont conclu que la faune et la flore contribuent à l’expansion de la forêt et à la biodiversité. Sur les zones utilisées intensivement par les cerfs, les espèces végétales ont augmenté de manière significative au cours des 50 à 80 années observées.

En revanche, sur les pâturages qui n’étaient que très largement pâturés, la biodiversité a diminué. L’étude sur « l’importance des ongulés pour l’habitat du parc national ou pour l’alimentation et la régénération des forêts » montre que malgré une augmentation de la population de cerfs, le nombre d’arbres par 100 m² a augmenté de manière significative. Sur les passes de jeu actuellement utilisées, on a trouvé environ 8 fois plus de semis par mètre carré que sur les passes abandonnées, et environ 30 fois plus que sur les passes de jeu extérieures. La régénération et l’expansion de la forêt semblent donc être favorisées plutôt qu’entravées par la densité de cerfs, comme c’est le cas depuis l’interdiction de la chasse.

Comprendre les problématiques principales 

Des « îles » sans chasse « : L’immigration temporaire d’animaux sauvages après l’ouverture de la saison de chasse dans les zones naturelles adjacentes est bien connue. Lorsque les sangliers sont chassés en France, les animaux traversent même le Rhône à la nage et fuient vers Genève, où la chasse est interdite.

Après la fin de la saison de chasse en France, on peut bien sûr aussi observer la migration de retour. Néanmoins, à court terme, il peut y avoir une population animale qui dépasse la « capacité de charge », c’est pourquoi non seulement des surfaces de prairies suffisantes autour des forêts sont d’une grande importance, mais aussi la protection naturelle des mesures de rajeunissement nécessaires qui les accompagnent.

Protection naturelle des plantations

Comme la pression de chasse et le traumatisme associé des animaux diurnes n’existeront plus dans les zones où la chasse est interdite, les zones de lisière de forêt et de prairies sûres dans les peuplements forestiers entraîneront une forte diminution du taux de broutage. Ces dommages aux arbres typiques de la chasse disparaîtront même à long terme. 

Les animaux sauvages apprendront relativement vite qu’ils peuvent à nouveau couvrir leurs besoins énergétiques avec des plantes herbacées en dehors des forêts, comme c’est leur mode de vie naturel. Si la densité de population est trop élevée pour l’habitat (encore artificielle du fait des saisons de chasse ou de l’immigration temporaire) et que la conversion des zones de lisière et de prairie est trop lente, une clôture de protection de la forêt peut être érigée autour des jeunes arbres.

De cette façon, non seulement la biomasse est laissée dans la forêt, mais les oiseaux insectivores se voient également offrir un lieu de nidification. Cette barrière naturelle protégera non seulement les jeunes arbres d’un « accès » direct, mais aussi tous les arbres (par les populations d’oiseaux) d’une forte infestation d’insectes. Étant donné qu’il existe des espèces d’arbres très résistantes aux morsures et très appréciées du gibier, une plantation dite de parrainage peut également être effectuée dans les peuplements d’arbres, c’est-à-dire que des arbres très sensibles sont plantés en même temps que des espèces d’arbres plus robustes

Ce n’est pas le manque de connaissances en matière de biologie et d’écologie, mais l’absence d’adoption de ce que les biologistes ont découvert et constaté au cours de leurs études. La coupe à blanc de la succession naturelle en forêt est totalement évitée et seule une coupe à blanc partielle est effectuée.

La plantation se fait le plus naturellement possible, c’est-à-dire avec une grande variété d’espèces. Outre les arbres, des buissons et des plantes herbacées sont également établis, en tenant compte des communautés végétales naturelles.  Cette action doit également être menée dans les monocultures existantes bien avant que la « plantation » n’ait atteint sa pleine maturité. Elle permet un changement successif de l’âge et des structures des espèces dans la forêt et améliore en même temps la résistance aux différents ravageurs ou empêche leur propagation à grande échelle.

La succession (formation d' »étages ») sur des zones déjà existantes coupées à blanc ou endommagées par des tempêtes est soutenue et permise par une introduction judicieuse d’espèces naturelles. Étant donné que des structures d’âge différentes sont également souhaitées ici, cette action doit être accompagnée de manière sensée pendant une période plus longue. À l’avenir, il n’y aura plus de forêts de plantation, mais un mélange naturel de vieux et de jeunes arbres ainsi que de conifères et de feuillus. Entre les deux, des buissons pousseront, des haies se développeront sur les bords: les herbes, les mousses et les fougères s’établiront en fonction de la lumière et des conditions du sol.

Le nombre d’espèces dans la flore et la faune se stabilisera et augmentera même à nouveau de cette façon (la mise en réseau des biotopes). Cette augmentation du nombre d’espèces sera favorablement influencée par la mise en réseau des zones forestières, car le nombre d’espèces dépend toujours de la taille des habitats. Les habitats (= biotopes) tels que les forêts, les prairies et les champs sont reliés par des haies et des îlots d’arbres dans le champ.

Les arbres et les arbustes des champs offrent protection, nourriture et abri aux animaux sauvages tels que lièvres, faisans, perdrix, putois, renards et de nombreuses espèces d’oiseaux. La connexion des différentes zones forestières ne donne pas seulement aux animaux une couverture protectrice, mais réduit également le danger d’accidents (trafic routier). Des passages pour la faune et des plantations de protection permettront la dispersion et la migration naturelles de toutes les espèces.

Agriculture naturelle, agriculture verte 

Dans le cadre d’un redressement de l’agriculture, la conversion des méthodes agricoles conventionnelles en méthodes naturelles sera encouragée. En s’éloignant progressivement du « macis chimique », de la contamination des sols et des eaux souterraines par le fumier provenant de l’élevage intensif, les sols et les micro-organismes présents dans le sol se régénèrent. Les fleurs et les herbes des champs fournissent de la nourriture, un abri aux animaux et de l’ombre au sol.

Les champs épuisés peuvent se régénérer comme par le passé lors d’une année de jachère. Les jachères sont également un habitat important pour les animaux, où ils peuvent vivre sans être dérangés pendant cette année. L’agriculture rurale se redresse en abandonnant la production de masse bon marché au profit de la production d’aliments de haute qualité.

La régulation naturelle des stocks

En mettant fin à la chasse humaine, la régulation naturelle des populations animales et la chaîne alimentaire naturelle peuvent à nouveau fonctionner. Les consommateurs de premier ordre (herbivores), mais aussi les souris et autres petits mammifères, connaîtront à nouveau des tailles et des fluctuations de population normales. Les animaux morts naturellement seront facilement éliminés par les prédateurs (renards, fouines, belettes, putois, etc.). Ils pourront ainsi reprendre le rôle de la « police sanitaire de la forêt ». Le risque sanitaire pour les animaux sauvages émane des zones d’appât, des chasseurs. Les populations actuellement excessives de gibier à sabots (chevreuils, cerfs, daims) s’auto-réguleront en raison des facteurs de stress. 

Le nombre d’individus dans une région donnée influence le niveau d’hormones et donc la fertilité. Les ennemis naturels existants y contribuent également. En outre, la propagation de grands prédateurs (par exemple, le loup et le lynx) d’Europe de l’Est a commencé depuis longtemps.

Profiter de la nature sans être dérangé

En mettant fin à la chasse, les animaux sauvages perdent leur traumatisme et leur timidité contre nature et reprennent confiance en l’homme. Les randonneurs et les amoureux de la nature peuvent à nouveau faire l’expérience des animaux en liberté. Pour les promeneurs, les joggeurs, les cavaliers, etc. et surtout pour les chasseurs eux-mêmes, il n’y a plus de danger d’être victime d’un accident de chasse.